Don pour le développement de l’ENAC

Quel est votre parcours ?

Je suis IENAC T90. J’ai complété ma formation académique par un MBA de l’INSEAD en 2002. A ma sortie de l’ENAC, j’ai orienté ma carrière vers les métiers du conseil en stratégie et transformation.

Après 10 ans d’expérience, j’ai cofondé une société dans les objets connectés Santé ; cette société a été revendue à Withings en 2011. Je suis alors revenu dans le conseil.

Je suis à présent Associé d’un cabinet en transformation, fort de 400 collaborateurs en France : Julhiet SterWen. Nous avons une stratégie de croissance très volontariste, notamment dans le secteur aéronautique et du transport aérien.

Que représente l'ENAC pour vous ?

Plusieurs choses assez fondamentales dans ma carrière et sur le plan personnel. Je dirais en synthèse :

1- Une formation très solide et assez généraliste dans les domaines de l’ingénierie

2- Une notoriété forte, particulièrement dans le secteur aéronautique mais également en dehors, qui ouvre de nombreuses portes

3- De belles années à Toulouse

Il me semble que les étudiants ENAC ne prennent pas conscience tout de suite, cela a été en tout cas vrai pour moi, du caractère assez unique de l’ENAC, au regard d’autres formations d’Ingénieur.

Son positionnement « généraliste » dans les métiers de l’Aéronautique en fait un modèle à suivre partout dans le monde. Cela facilite grandement l’amélioration de sa notoriété à l’international, ce qui est plus compliqué pour d’autres établissements. Or les carrières prometteuses de demain ne pourront pas, je pense, échapper à des trajectoires internationales.

Pourquoi avoir donné au Fonds de dotation ENAC ?

L'un des axes d’améliorations de l’ENAC, auquel je peux peut-être contribuer, me semble être « l’impact » dans notre société des diplômés de l’ENAC.
Les écoles d’ingénieur ont majoritairement une culture d’animation par les anciens beaucoup moins développée que celles des écoles de commerce. Or, d’un point de vue professionnel, le réseau est très important et le sera encore plus demain.

J’aimerais à présent et à mon « échelle » arriver à renforcer cette culture de l’alumni « ENAC » en France. Cela serait une façon de commencer à contribuer à un établissement qui a compté dans mon parcours professionnel.

Le don à l’ENAC pour des projets à destination des élèves participe de cette démarche, plus globale.

Le Fonds de dotation ENAC me semble de plus géré de façon très professionnelle et très efficace.

Un message aux futurs donateurs ?

Par définition, pour de futurs donateurs, les remercier par avance !

Je n’ai pas de message particulier si ce n’est qu’il ne faut pas trop se poser de questions, je pense, pour décider de donner car tout montant est le bienvenu.

Les donateurs du Fonds ENAC seront majoritairement diplômés de l’ENAC. Contribuer au financement du cursus des élèves est réellement gratifiant car cela permet d’aider, un peu ou beaucoup, le (ou la) jeune étudiant(e) que nous avons tous été, à sécuriser sa carrière professionnelle. De plus, cela permet également de renforcer la qualité du parcours ENAC et ainsi la notoriété de l’établissement (et ainsi notre diplôme).

Tout le monde peut donc y trouver son compte. Mais je pense qu’avant tout, cela donne du sens à son parcours.